Vous êtes ici
Carroussel photos

Nicolas Guietsa pierre à l'édifice

Nicolas GUIET apporte sa pierre à l'édifice

Depuis fin juin, l'hôtel de la Monnaie, qui abrite l’office de tourisme, s’est mis au vert. En effet, dans le cadre de la manifestation In situ, cette maison marchande du XIIIe siècle, a changé de look et arbore fièrement une œuvre de Nicolas Guiet. À l’origine du projet: la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée et l’association le Passe-Muraille, coordinatrice de l’évènement.

La manifestation

Pour la septième édition d’In Situu, la manifestation est invitée à Figeac ainsi que sur 11 autres sites, classés ou inscrits monuments historiques de la Région Occitanie.

L’événement s’attache à mettre en avant le patrimoine régional de manière inhabituelle afin d’établir un dialogue entre l’architecture et l’art contemporain par le biais d’œuvre éphémères adaptées aux lieux investis.

En savoir plus

La ville de Figeac

Pour la première fois, la ville de Figeac prend part à l'évènement. Benjamin Philip, directeur du service patrimoine de la ville et partenaire du projet, s’est expliqué :

“L’idée est d’affirmer que ce n’est pas parce que Figeac est une ville médiévale et historique que l’on ne peut pas y faire appel à la création contemporaine. La manifestation est d’autant plus intéressante à l'hôtel de la Monnaie car, cet édifice accueillant l’office de tourisme, on a tendance à négliger son architecture et son histoire au profit de son usage actuel”.


Nicolas Guiet

En écho à cette identité de monument à la vocation contemporaine, l’œuvre de Nicolas Guiet s’applique à redonner à voir un bâtiment qui malgré son intérêt historique et architectural est souvent négligé. L’histoire de ce bâtiment est un élément essentiel dans la conception de l’œuvre. Au-delà de sa façade et de son architecture, c’estson histoire qui a inspiré l’artiste. Cette maison marchande fut presque entièrement détruite puis reconstruite au début du XXe siècle, mêlant ainsi une mosaïque d’époques. Par son œuvre, Nicolas Guiet ajoute sa pierre à l’édifice et une couche d’histoire, mélangeant un peu de XXIe siècle aux strates déjà présentes.

Le choix de la couleur n’est pas anodin : en effet ce vert appelé vert d’incrustation a une double signification. Il est à la fois un moyen pour l’artiste de laisser courir l’imagination du public et un moyen de rapprocher les arts en faisant un pont entre l’éphémère de cette couleur de cinéma, vouée à être remplacée, et l’éphémère de l’œuvre qui sera enlevée le 30 septembre.

L’artiste a tenu à ajouter une notion de dynamisme en inclinant la structure de 15° afin de créer l’illusion d’un déséquilibre du bâtiment.

Comment, aujourd’hui, par son art, un artiste peut-il ranimer et transformer la perception du spectateur sur un patrimoine et une architecture multiséculaire.

Interview de l'artiste Nicolas GUIET

Play

Où voir

l'oeuvre In Situu ?